Photographie

Carl Zeiss Distagon 21mm

L'objectif Distagon de Carl Zeiss existe depuis 1952, il a maintes fois fait ses preuves en équipant d'origine de nombreux constructeurs d'appareils photographiques. Avec ses 16 lentilles et ses 13 groupes, cette optique possède une formule complexe, les ingénieurs de Zeiss ont constamment travaillé la réalisation de leurs objectifs pour atteindre des performances inégalées. Sur cet objectif destiné à des boîtiers numériques modernes, les aberrations chromatiques sont de l'ordre de 5 micromètres, tout juste la largeur d'un pixel de mon D800. En toute connaissance du travail effectué par Zeiss sur leurs produits, j'ai fait le pari de l'acheter, les yeux fermés, il y a quelques années de cela. Depuis que je m'en sers, j'ai appris à connaître son comportement, et comme toute chose, plus on travaille, plus on découvre des choses. Je fais ici un compte rendu de cet objectif tout juste arrêté en 2016 et remplacé par un nouveau Distagon de la série Milvus à l'ergonomie et la distorsion améliorées. La première image test a été un violent contrejour à travers le feuillage du jasmin de mon jardin. Je laisse apprécier le résultat en terme de bokeh.

Bokeh du Carl Zeiss Distagon T* 21 mm ZF.2 sur Nikon D800 (f/2.8 1/25s ISO100

Résistance flaire du Carl Zeiss Distagon T* 21 mm ZF.2 sur Nikon D800 (f/16 1/250s ISO100)
(Image complète et détail)

Pour tester la résistance au flaire du 21 mm, se mettre face au soleil et observer le comportement de l'optique. J'ai volontairement pris le soleil au travers des branches pour avoir de forte transitions entre les basses et hautes lumières et j'ai été impressionné par résultat donné, on voit une image fantôme du diaphragme dans le 3/4 gauche de l'image. Sur d'autres objectifs, cette image couvre la totalité de l'image, ce qui forme un voile sur l'intégralité de la photographie.

Rendu des basses lumières Carl Zeiss Distagon T* 21 mm ZF.2 sur Nikon D800 (f/5.6 1/160s ISO100)
(Image complète et détail)

J'aime les noirs profonds et subtils. J'ai choisi de faire ce cliché en contre jour avec une zone d'ombre marquée, , là encore le 21 mm s'en tire avec brio. Sur cette photo brut de décoffrage, les qualités optiques du Distagon sont mises en évidence, contraste et rendu des couleurs sont là, pas besoin d'effectuer de trafic pour obtenir une photo directement exploitable.

Ces deux tests ont suffi pour m'avoir donné raison dans mon choix. En achetant cette optique, je me suis un peu plus rapproché du rendu "Moyen Format" que je prise tant. J'affectionne particulièrement le rendu 3D que procure les optiques de la marque Zeiss et les possibilités créatives qu'il offre.

Il faudra faire attention aux images fantômes qui peuvent apparaitre sur de violents contrejours, la distorsion en moustache présente sur cette formule est parfaitement corrigée par les logiciels d'acquisition.

Points à retenir : le Distagon 21 mm possède un piqué exceptionnel, un bokeh plaisant, un fort contraste qui reste toujours naturel et surtout le rendu des couleurs exceptionnel propre au constructeur Zeiss.

Liens utiles :

Histoire du Distagon, Biogon and Hologon

Zeiss Milvus 21 f2.8, le successeur du Distagon 21 mm ZF.2

Textes et images : © 2013-2017 Laurent Minh